Plan du site | Contact
 
Logo Manzat Communauté

Accueil / Communes / Châteauneuf-les-Bains / Présentation générale

Châteauneuf-les-Bains

Présentation générale

Superficie : 1692 hectares
Nombres d'habitants : 298 habitants
Altitude : 390 m

Coordonnées de la Mairie

Lachaux
63390 CHATEAUNEUF-LES-BAINS

 

Tél. : 04 73 86 67 65
Fax : 04 73 86 41 71
Courriel : mairie-chat-les-bains@wanadoo.fr
Site : http://www.chateauneuflesbains.com/
Horaires d’ouverture :
Lundi, mardi, jeudi, vendredi : de 8h à 12h et de 14h à 17h

Maire : M. Daniel SAUVESTRE

Mairie Chateauneuf les bains

Présentation générale :

Châteauneuf-les-Bains se trouve dans la profonde vallée de la Sioule, dans un site remarquable que l'on peut admirer d'un haut promontoire sur la route venant de Manzat. En amont de Châteauneuf, la vallée s'élargit et la rivière fait un méandre dont le pédoncule n'a que quelques mètres.
C'est le lieu de Saint-Cyr.

Puis sur une longue distance s'égrènent plusieurs groupes d'habitations (la Montgie, Bordas, Lavaux, Lachaux, les Méritis...) et, en aval, la vallée de nouveau se resserre.

Par son cadre naturel tout en douceur et son altitude modérée (390 m), Châteauneuf attire les promeneurs, les pêcheurs, les amateurs de calme et de sites historiques. Les qualités thérapeutiques de ses eaux thermales en font une station de santé idéale pour les affections rhumatismales.

chateauneuf vu du ciel2

Site Touristique :

Un patrimoine riche et diversifié permet à Châteauneuf-les-Bains d'affirmer sa vocation culturelle. Ainsi, de la Chapelle St-Valentin au pic Alibert, en passant par la Vierge en Majesté de l'église de Lachaux, tout est invitation à la découverte.

En 1233, Guillaume et Etienne de Châteauneuf étaient les seigneurs du lieu.
Ensuite (sans doute avant 1299) le fief passa aux de Maumont, puis vers 1325 aux de La Roche, seigneurs de Tournoël. En 1555, Jean de Châteauneuf, époux de Jeanne de Montmorin, étant décédé sans enfant, la seigneurie passa à leur neveu Jean de Montmorin, représentant d'une des plus grandes familles d'Auvergne, qui possédait déjà quelques droits à Châteauneuf.
La famille de Montmorin conservera Châteauneuf jusqu'en 1760, date de sa vente (avec Saint-Gervais) à Marie-Louis de Gironde, Gouverneur de l'Île-de-France, qui le revendit en 1767 à J.B. Thomas de Pange, trésorier général de l'Extraordinaire des Guerres, pour 230 000 livres; ses filles et héritières cèderont Châteauneuf en 1784 pour 325 500 livres à J. Chevarrier, qui sera guillotiné à Lyon en 1793.

chapelle st valentin

L'église de Lachaux: Ce n'est que sous le second empire que fut construite l'église de Lachaux par souscription des habitants.
Commencée en 1856, elle fut mise en service en 1863, le premier baptême date du 6 décembre 1868. Elle fut reconnue officiellement par décret du Président de la République le 3 août 1872.

De style roman, elle est aujourd'hui l'église principale de Châteauneuf et les deux paroisses fusionnent sous le nom deLachaux-Châteauneuf.
La Vierge en majesté qui y est exposée en constitue la principale curiosité car elle appartient à un type rare et unique en Auvergne...En effet, si sa morphologie générale est conforme à celle des nombreuses statues des XII° et XIII° s. conservées dans la région (attitude hiératique, visage sévère de la Vierge reine, dénué d'expression), sa facture est en tous points originale. Ses genoux sont particulièrement écartés, rappelant ainsi qu'il s'agit en sa personne du trône de la Sagesse; elle s'efface derrière son divin fils qu'elle présente, les mains ouvertes. Détail original : elle tient dans sa main droite une colombe, ce qui rappelle l'iconographie des "Vierges à l'oiseau", plus tardives. Pour la réaliser, l'artiste a sculpté une âme en bois de chêne qu'il a ensuite habillée sur toute sa surface avec un métal très malléable, probablement un alliage de plomb et d'étain. La plus grande partie du revêtement a été exécutée ou repoussée mais certaines parties ont pu être obtenues par moulage ou par estampage comme les lettres de l'inscription occupant le devant du socle.

L'ensemble est peint dans des tons bleu, rouge et or très bien conservés. L'origine de cette statue haute de 0,52 m est inconnue, sa datation est incertaine (classée Monument Historique en 1904 comme étant de la fin du XIII° s. ou du début du XIV° s.). II existe peu d'œuvres analogues répertoriées. Bien que le revêtement métallique soit d'un poids modeste, on peut supposer que nombre d'entre elles ont été fondues. Notre-dame de Châteauneuf peut être comparée aux Vierges de Thuir (Pyrénées-Orientales), Saint-Georges-de-Batailles (Loire) et de Barcelone (Espagne). Une légende rapporte qu'elle aurait été ramenée d'Orient par un seigneur de Montmorin St Héreme qui avait participé aux Croisades. Cachée durant la Révolution par Mme Foussat, du Got, cette vierge fut exposée en l'église St-Valentin avant d'échouer à la cure, où l'abbé Rance l'a prise pour l'installer en bonne place dans l'église.

eglise-de-lachaux-1-jcf-[800x600]

Le château de Châteauneuf :Le château fait face au hameau de La Mongie.Le château actuel occupe l'emplacement d'une forteresse établie en ceslieux dès le haut Moyen Age pour contrôler le passage dans la vallée dela Sioule.
Il est certain qu'au X° s. une "motte castrale"existait déjà au sommet de la butte qui domine la Sioule, à proximitédu pont de Bordas et du grand chemin menant de la Terre d'Auvergne auLimousin.
A la construction primitive succéda vers 1200 « castronovi » (le château neuf). De cet édifice qui avait certainement subi de profondes transformations - notamment au XVI° s. lorsqu'il passa à la puissante famille des Montmorin Saint-Héreme - rien ne subsiste.

Le château actuel (il est privé et ne se visite pas) a été totalement reconstruit par J.B. Thomas, marquis de Pange, acquéreur des fiefs de Châteauneuf et de Saint-Gervais en août 1767. C'était donc une construction neuve lorsque éclata la Révolution. D'importantes modifications y furent réalisées par ses propriétaires du XIX° s., notamment par Eugène Talon, député du Puy-de-Dôme.

La Chapelle Saint-Valentin:

La plus ancienne délibération connue concernant la commune de Châteauneuf date du 4 mars 1792. Elle eut lieu dans l'église St Valentin sur réquisition de Beneton, procureur de la commune...

'édifice roman à nef unique voûtée en berceau fut alors complété à l'ouest d'un transept saillant et d'un chœur en hémicycle. Dans la chapelle sud a été installé un retable à colonnes torses provenant de la chartreuse du Port-Sainte-Marie. Sur les socles de ce retable, mais sans lien d'origine avec lui, se trouvent les statues de saint Cyr et de sa mère sainte Juliette, premiers patrons de l'église.
Le 10 ventôse de l'an II, la municipalité fait une réunion publique pour annoncer la démolition des chapelles St-Cirgues et St-Jean mais l'assemblée s'agite ; des disputes sont à craindre; le maire renvoie l'affaire et le conseil décide de demander la présence d'un commissaire de district à la nouvelle réunion. Elle eut lieu le 20 floréal en présence de M. Bergounioux, délégué de district.
La chapelle St-Cirgues fut vendue aux enchères l55 livres, la chapelle St-Jean 185 livres. Le prix payable dans la quinzaine et la démolition immédiate par les propriétaires furent décidés à l'unanimité.

Le Pic Alibert:

Jean-Pierre Alibert était ingénieur ; c'est au cours de recherches sur le Mont Batougol en Sibérie qu'il a découvert du graphite. Perclus de rhumatisme à la suite de ses séjours dans la glaciale Sibérie, il a cherché à soulager ses maux en venant faire des cures à Châteauneuf à partir de 1871.
C’est alors qu’il a eu l’opportunité de réaliser un vœu fait sur le Mont Batougol d’ériger une statue à la Vierge qui lui avait permis d’échapper à la mort.
C’est ainsi qu’une statue de la Vierge a été installée au sommet d’un promontoire rocheux et qu’un escalier a été réalisé pour accéder à la plate-forme.
Inaugurée en 1893 la statue avec son socle mesure plus de 3 mètres de hauteur.

L'Arboretum :

Un parc a été planté sur l’emplacement d’une ancienne chènevière en 1882 à l’initiative de la famille Viple principal exploitant des thermes. C’est le paysagiste Vasserre qui assura les plantations sur les plans conçus par Jean-Philippe Bargoin et Lecoq. Avec un important peuplement de résineux en provenance d’Europe ou d’Amérique et d’arbres en feuilles caduques il constitue de nos jours en bordure de la Sioule un lieu agréable de promenade et de repos. Il a été classé Arboretum en 1994.

chateau-1-jcf
chapelle st valentin2
pic alibert

Haut de page


Manzat Communauté - 21-23 rue Victor Mazuel - 63410 - MANZAT - Tél : 33 +(0)4 73 86 99 19 - Fax : 33 +(0)4 73 86 99 20 - manzat-communaute@orange.fr
Site réalisé avec le soutien du :
Conseil Général du Puy de Dôme
Manzat Communauté
21-23 rue Victor Mazuel
63410 - MANZAT
Tél : 33 +(0)4 73 86 99 19
Fax : 33 +(0)4 73 86 99 20
www.manzat-communaute.fr

manzat-communaute@orange.fr