Plan du site | Contact
 
Logo Manzat Communauté

Accueil / Découverte / Sites touristiques / Patrimoines / Le viaduc des Fades

Découverte

Le viaduc des Fades

Viaduc ferroviaire lancé au-dessus de la Sioule entre les communes de Sauret-Besserve au nord et des Ancizes-Comps au sud, il livrait passage à la ligne de chemin de fer de Volvic à Lapeyrouse, dont l'exploitation a été suspendue en 2007 par la direction régionale de la SNCF.

Le viaduc des Fades était, au moment de son inauguration le 10 octobre 1909, le plus haut pont du monde, toutes catégories confondues. Il prend encore rang actuellement à la dixième place sur la liste des plus hauts viaducs ferroviaires mondiaux.

Ce qui fait du viaduc des Fades un ouvrage d'art exceptionnel, ce sont ses deux piles monumentales en moellons d'appareil. Culminant à plus de 92 mètres, elles restent les plus hautes piles de pont en maçonnerie traditionnelle jamais construites. Elles possèdent une base plus vaste qu'un court de tennis.

La légende des Fades
En cette vallée, tout de suite en aval du barrage actuel, existait autrefois un moulin exploité par deux vieilles filles qu'on disait volontiers originales. Sentant leur fin proche, nos deux meunières, sans doute inspirées par quelque bonne fée, décidèrent de léguer les économies de toute une vie de labeur pour faire construire un pont au niveau du gué voisin, afin d'en faciliter le franchissement en période de hautes eaux.

Celui-là, bientôt baptisé " le pont des fadas ", par quelques riverains suspects d'ingratitude, transmit son nom au lieu. Puis l'endroit, par extension, devint " Les Fades ". Ce premier pont des Fades sera, plus tard, emporté par une crue dévastatrice (sans doute celle de 1866). Ses culées sont restées visibles jusque vers 1912, année où elles ont été réutilisées pour soutenir une passerelle du chantier du premier barrage des Fades.

D'autres vous diront que " Les Fades ", ce sont aussi " Les Fées " en dialecte local, du nom de ces créatures de légende qui, dans le folklore populaire, sont les princesses éthérées qui président à nos destinées. " Fata ", nom latin de la déesse de la destinée, a donné " fada " en langue d'oc. Dans le midi de la France, ce terme est employé pour qualifier le simple d'esprit et, par analogie, celui qui accomplit des actes déraisonnables. Mais, si l'on s'en réfère au sens étymologique profond du mot, le " fada " est, par définition, le fou " inspiré " car, s'il a perdu la raison, c'est qu'il a été " touché par le doigt d'une fée "… Ainsi, la boucle est-elle bouclée !
Pour plus information : http://viaduc.fades.free.fr/ (Association de Sioule et Patrimoine)





Manzat Communauté - 21-23 rue Victor Mazuel - 63410 - MANZAT - Tél : 33 +(0)4 73 86 99 19 - Fax : 33 +(0)4 73 86 99 20 - manzat-communaute@orange.fr
Site réalisé avec le soutien du :
Conseil Général du Puy de Dôme
Manzat Communauté
21-23 rue Victor Mazuel
63410 - MANZAT
Tél : 33 +(0)4 73 86 99 19
Fax : 33 +(0)4 73 86 99 20
www.manzat-communaute.fr

manzat-communaute@orange.fr